Re'Cyclist, le projet de deux étudiants en roue libre

interview May 25, 2021
Jules et Gaétan, deux étudiants en école d'ingénieur ont décidés de faire le tour de France à vélo avant de réaliser leur stage de dernière année. Leur objectif ? Rencontrer des initiatives éco solidaires !

En quoi consiste votre projet ?

A la sortie des études, avant de rentrer dans le stage qui propulse vers la vie active, on a décidé de prendre une petite année de césure. Tout d'abord pour voyager car avec le confinement ça fait plaisir, et aussi pour rencontrer partout sur notre trajet des diplômés engagés dans l'écologie, pour avoir leurs témoignages et savoir leur parcours, quelles questions ils se sont posées et donc avoir un retour d'expérience.
On est diplômes ingénieurs mais aujourd'hui on voit aussi d'autres formations, notamment marketing par exemple, on va avoir des initiatives un peu plus locales comme des associations, des épiceries solidaires, des recycleries, etc. Voilà il y a cette idée locale, encrée sur le territoire en tous cas. Et après des choses à un peu au niveau national comme des associations ou des entreprises qui ont choisi d'agir à leur manière pour l'environnement.
Et bien sûr, un des objectifs est un peu de se perdre, de faire des rencontres, et on transmet tout ça à travers nos réseaux sociaux. Cela nous permet de montrer aux gens qu'il existe des consensus, que les discours ne vont pas toujours dans le même sens. Mais derrière ça, ça nous permet aussi de nous construire, de nous aider à choisir ce que l'on veut faire plus tard.

Quand votre projet est-il né ?

Il est né juste avant le début du premier confinement, une semaine avant. C'était une petite idée qui nous est passée par la tête, qui a émergé, et on a foncé tête baissée. On a construit ce petit projet, au début c'était très vague, et petit à petit on a construit ça. On voulait faire des conférences dans les écoles aussi mais c'est compliqué avec la période actuelle, donc on essaye de se reconcentrer un peu dans tout ce qui est interviews, reportages.
Pour donner un peu l'historique, on a fait une césure à partir de ce semestre, donc ça a commencé en février/mars. Et on est parti le 1er mars, après nos examens, puis tout a été décalé d'un mois à cause du confinement.

Que faites-vous lors de vos expéditions ?

En général, on prend les vélos, on se balade, on rencontre une initiative sur la route et on continue à se balader. On bivouac en tente ou en hamac, on a les deux, le lendemain on repart et on continue jusqu'à ce qu'on arrive à une grande ville où on se pose deux/trois jours chez des amis. Ca nous permet de rencontrer plusieurs initiatives d'un coup, de faire du montage vidéo et de la communication. Et après on repart sur nos vélos, on pédale et on se vide la tête.
On a tout notre matériel avec nous, donc ce qui est un peu plus préparé c'est les rencontres avec les initiatives puisqu'il faut quand même les prévenir à l'avance. Sinon le parti prit c'est de voyager et de s'arrêter lorsque quelque chose nous intéresse sur la route.

Où peut-on suivre vos aventures ?

Sur Facebook et Instagram principalement, où il y a toutes les stories au jour le jour, et nous avons également une chaîne Youtube. Après nous sommes également présents sur LinkedIn.

Où vous voyez-vous l'année prochaine ?

On va surement faire un stage classique en entreprise et reprendre nos études. Après les gens que nous rencontrons nous inspirent beaucoup pour la suite, nous apprennent beaucoup de choses, rien que la première semaine on s'est dit trois fois "c'est exactement ce que je veux faire" ! Donc on construit un peu tout ça, on peut partir travailler à l'étranger, ou voyager, recommencer une formation, faire une année de plus en apprentissage, faire service civique ... Dans le premier mois on a rencontrés tous ces profils et ça nous ouvre les yeux sur plein de possibilités.

Un petit message à faire passer ?

Tout d'abord on invite au voyage, d'autant plus avec cette période de confinement. Les gens sont très accueillants, et c'est quelque chose dont on n'était pas sûr en partant, surtout qu'on partait en mars, quand ça parlait de reconfinement. Mais on a vu que les gens étaient toujours très avenants, très contents de voir deux petits bonhommes arriver à vélos avec le sourire. Donc voilà faut aller rencontrer des gens et ça nous permet de nous construire nous même.
Aussi, ce qui réuni tout le monde qu'on en va parler d'environnement c'est le fait de trouver du sens dans ce qu'on a fait, la route est pas forcément toute tracée. Aurore Market et notre projet à moindre échelle en sont un bon exemple et c'est important de voir les choses objectivement, et de se rendre compte qu'on peut faire ce qu'on veut quand on en a envie.

Retrouvez tous nos articles news sur notre blog.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez la Aurore Market Family sur Facebook et Instagram !

Photo : © Re'Cyclist