C'est un fait, nos habitudes alimentaires pèsent énormément sur les émissions de gaz à effet de serre. Le 8 août dernier, une étude du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) l'a affirmé avec certitude, elles représentent environ 1/3 de ces émissions. Mais certains régimes alimentaires favorisent davantage cette catastrophe naturelle...

Les principaux contributeurs des émission de gaz à effet de serre sont les consommateurs de viande. Plusieurs raison à cela : l'élevage et les cultures pour l'alimentation du bétail sont à l'origine d'une massive déforestation et du rejet de méthane. "Faut-il donc éviter toute consommation animale ?" La question fait encore débat parmi les spécialistes.

Une comparaison très parlante entre 9 régimes alimentaires et leur impact sur l'environnement

Dans une étude récemment publiée dans la revue Global Environmental Change, des chercheurs de l'Université Johns-Hopkins (Baltimore, Etats-Unis) ont effectué une comparaison de l'impact environnemental en fonction de 9 régimes alimentaires, avec une végétalisation plus ou moins importante des repas. L'objectif est de faire une analyse générale et de prendre en considération les habitudes alimentaires des 140 pays étudiés.

Pour réaliser cette étude, les chercheurs ont également décidé d'allier la lutte contre la changement climatique avec celle de la malnutrition. L'idée d'une telle démarche est de rester réaliste dans les changements que nos sociétés peuvent aborder. Lorsque ces derniers en sont arrivés au résultat, ils ont pu en conclure que les pays en sous-développement ont besoin d'un apport alimentaire issu des animaux pour survivre. Mais en ce qui concerne les pays développés, ils doivent et peuvent s'imposer un changement radical dans leur consommation.

Des repas végétaliens : le meilleur régime alimentaire pour l'écologie

Les chiffres sont parlants ! L'empreinte carbone des régimes alimentaires est proportionnel aux quantités de viandes consommées.

Comment allier une alimentation qui a un faible impact carbone avec la bonne santé de la population ?

Malgré sa population très importante, l'Inde est le pays dont l'indice carbone est le moins élevé. Leur alimentation est si faible en viande que des pays tels que la France, qui compte 20 fois moins d'habitants, provoque beaucoup plus d'émissions de gaz à effet de serre. Cependant, cette consommation plus respectueuse de l'environnement n'est pas sans aucune conséquence sur la population, et notamment sur les enfants. En effet, 30% des Indiens d'Inde âgés de moins de 5 ans ont un retard de croissance. L'étude des chercheurs de l'Université John-Hopkins n'a donc pas pour objectif de mettre en concurrence les deux urgences toutes deux trop importantes.

Par conséquent, ils se sont davantage intéressés à deux régimes spécifiques. Leur flexibilité et leurs bons apports nutritifs sont tels qu'ils permettent de s'adapter aux 140 pays étudiés. Le premier est le régime 2/3 végétalien. Les repas sont sans viande, ni poisson, ni produits laitiers. Ce type d'alimentation est moins émetteur de CO2 qu'un régime végétarien qui favorise les produits laitiers pour remplacer la viande. Le second régime conseillé comporte une part de produits d'origine animale appartenant au bas de la chaîne alimentaire (insectes, petits poissons, mollusques bivalves).

Il est donc possible de changer les choses en nous habituant progressivement à un nouveau type de consommation. Cette étude prouve que les enjeux environnementaux peuvent s'allier aux enjeux sociaux. À l'échelle mondiale, un petit effort peut avoir un fort impact sur l'avenir de la planète. Face au changement climatique, notre cerveau est très certainement notre pire ennemi.

Sources article :

Le Temps : https://bit.ly/31AWnFV

BFM : https://bit.ly/2mnu25L

L'Express : https://bit.ly/2lWWCuA

Global Environmental Change : https://bit.ly/2kn1dpr

Source article et infographie :

Le Monde : https://bit.ly/2mo68Hl