Pollution : une nouvelle norme bientôt obligatoire pour les lave-linges

news Feb 26, 2020

À l'heure où le gouvernement décide de s'attaquer à la pollution plastique avec l'interdiction des produits à usage unique, il est maintenant temps de s’intéresser à la pollution causée par nos vêtements et leur nettoyage. En effet, à chacun de nos lavages en machine, en plus des phosphates et autres résidus chimiques de nos lessives, plusieurs centaines de milliers de microfibres plastiques sont libérées par nos vêtements synthétiques et finissent dans nos océans.

Des matières polluantes

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, la pollution engendrée par le lavage du linge ne se limite pas aux phosphates et autres résidus chimiques contenus dans nos lessives. Les fibres utilisées pour la fabrication de nos vêtements sont tout autant néfastes et polluantes pour notre environnement.

Les fibres naturelles étant plus chères, les fabricants des vêtements que nous portons ont pour la plupart abandonné les matières naturelles (coton, laine...) en faveur de produits synthétiques (polyester, élasthanne...). Les textiles synthétiques sont fabriqués à l'aide de produits de l'industrie pétrochimique (plastiques). Alors que nous passons nos vêtements en machine, ces fibres sont arrachées petit à petit pour être rejetées avec l'eau de la lessive. La plupart d'entre elles étant trop petites pour être retenues et traitées par les usines de traitement de l'eau, elles vont donc se retrouver sous forme de microparticules de plastique dans les océans.

Des chiffres ahurissants

Chaque année, environs 500 000 tonnes de microfibres sont relâchées dans les océans. Cela représente l'équivalent de 50 milliards de bouteilles en plastique. Selon un rapport de l'lUCN (Union internationale pour la conservation de la nature) publié en 2017, le secteur du textile utilise 42 534 millions de tonnes de produits issus de l'industrie pétrochimique par an. Par conséquent, il s'agit de la deuxième plus grosse consommatrice derrière les fabricants d'objets en plastique eux-mêmes (257 millions de tonnes chaque année).  Cette pollution textile représente entre 15 et 30 % des 9,5 millions de tonnes de déchets plastiques rejetés chaque année en mer.

Action du gouvernement

Ce lundi 17 février, la secrétaire d'Etat à la Transition Écologique, Brune Poirson a réuni les fabricants de lave-linges afin de préparer l'application d'une mesure adoptée dans la loi pour l'économie circulaire. D'ici 2025, ces machines vendues chaque année par milliers devront être équipées d'un filtre pour retenir les microparticules. L'objectif ? Lutter contre ces dernières et trouver un moyen pour qu'elles n'atteignent plus les canalisations.

La secrétaire d'Etat à la Transition Écologique lance un appel aux industriels et les incite "à innover pour s'adapter à ce nouveau standard".  Il s'agit ici d'une contrainte pour les fabricants d'électroménager car pour respecter les futures normes, ils doivent se soumettre à de nouvelles conditions. Dès le 1er janvier 2025, les lave-linges neufs devront tous être munis de ces filtres destinés à empêcher le passage dans les eaux usées des fibres plastiques microscopiques.


Pour retrouver tous nos produits : auroremarket.fr

Rejoignez notre communauté sur Facebook ou Instagram !


Sources :

Environnement : nos vêtements polluent les océans
Lundi 17 février, la secrétaire d’État Brune Poirson réunissait les fabricants de lave-linge pour leur demander d’installer des filtres qui empêchent le passage des fibres plastiques dans les eaux usées.
Pollution : un filtre à microplastiques bientôt sur les lave-linge
Le système de filtration Planet Care. (Crédits : Planet Care)
Industrie du textile : le synthétique, principal responsable de la pollution marine
De la banquise aux abysses, les microfibres synthétiques crachées par nos machines à laver sont partout. Nos vêtements sont une source majeure de la pollution plastique des océans, fléau invisible qui peut être attaqué sur plusieurs fronts.
Filtres contre les microfibres plastiques dans les lave-linge : Brune Poirson réunit les fabricants pour une application dès 2025
Ces microplastiques représentent entre 15% et 31% des 9,5 millions de tonnes de plastiques déversées en mer chaque année, selon les chiffres de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).