Késako ?

La métaphore la plus appropriée pour illustrer ce qu'est le pertubateur endocrinien (PE) serait le miroir. Mais un miroir qui vous bouleverse. Un endocrinien est un terme utilisé dans le domaine médical se réferrant aux hormones. Il va donc bouleverser les hormones, en imitant ou en bloquant leurs actions lorqu'il interfère avec elles. Le rôle des hormones étant, en général, de réguler et de communiquer des informations aux organes et d'en recevoir les réponses, le pertubateur endocrinien peut alors avoir un impact considérable sur le fonctionnement de notre corps sur le long terme.

Pourquoi on en parle ?

Le terme a moins de 30 ans, et a été théorisé par Theo Colborne, zoologiste et épidémiologiste américaine. Ces molécules sont présentes depuis environ 70 ans dans notre alimentation et notre environnement. De plus en plus de rapports scientifiques et d'articles sont publiés pour dénoncer l'utilisation de ces pertubateurs dans l'industrie agro-alimentaire, cosmétique... les pertubateurs endocriniens sont partout ! Et sont un réel danger pour notre santé. Baisse de la fertilité, cancer, anomalie des organes génitaux, autisme, hyper-activité juvénile... Ils ont en général un impact sur notre système neurologique (entre autres). Pour savoir quels dangers correspondent à quels PE , nous avons fait nos recherches sur les PE les plus présents dans notre vie : le bisphénol A, les phtalates, les parabènes et la contraception hormonale.

Pour plus d'infomations sur les pertubateurs endocriniens, voici une liste plus complète de tous les pertubateurs endocriniens.

Qu'est-ce qu'on peut faire contre les perturbateurs endocriniens ?

Il est impossible de les éviter complètement. Notre air, notre eau et nos sols en sont pollués. Cependant, il est possible de diminuer la dose de pertubateurs endocriniens que l'on intègre. On peut s'informer et limiter le contact avec eux en changeant son mode de consommation. Malheureusement, il suffit d'un contact avec les pertubateurs endocriniens pour que les risques de cancer augmentent.(1) Pris seul, un pertubateur endocrinien est présent en faible dose dans notre organisme et n'est donc pas dangereux. Seulement, certains sont sujets à l'effet cocktail, c'est-à-dire que leurs effets nocifs peuvent s'accumuler. En tendant vers un mode de consommation zéro déchet, on utilise plus de récipients en verre car ils sont réutilisables à l'infini et permettent d'acheter des produits en vrac - on évite les emballages en plastiques ! On fait soi-même ses produits cosmétiques et ménagers, ce qui permet d'acheter des produits en gros tous les ans et non un dentifrice suremballé tous les deux mois. Enfin on préférera un savon solide qu'un gel douche aux parabens dans un emabllage plastique.
Nous vous publierons bientôt toutes nos astuces pour limiter la présence des pertubateurs endocriniens dans vos produits d'hygiène et d'entretien !

Pour davantage égayer votre curiosité et si vous voulez militer contre les PE, n'hésitez pas à soutenir l'association Générations Cobayes qui met en place des campagnes de lutte contre les pertubateurs endocriniens.

Politiquement parlant, on en est où ?

Au niveau national, des fonds ont été investis dans la recherche sur les PE. D'après le rapport d’évaluation du plan national d’action sur les perturbateurs
endocriniens
, près de 2 millions d'euros seraient alloués à l’Agence Nationale Sécurité Sanitaire Alimentaire Nationale (l’ANSES) en 2018. Cette agence conduit une recherche sur les PE depuis 2009.
En ce qui concerne le droit national, seul le Bisphénol A est soumis a de précises réglementations. Depuis le 1er janvier 2015, conformément à la loi n° 2012-1442 du 24 décembre 2012, l’usage du BPA est interdit dans tout conditionnement, contenant ou ustensile destiné à entrer en contact direct avec des denrées alimentaires. Mais pour ce qui est des autres PE, le débat n'est pas allé bien loin. En 2011, la proposition de loi visant à interdir l’utilisation des phtalates, parabènes et phénols, pourtant adoptée en 1ère lecture à l’Assemblée Nationale, a été rejetée par la Commission des affaires sociales du Sénat.
Au niveau européen, la stratégie sur les PE peine à avancer. Après une définition jugée insatisfaisante par les militants en Juin 2016 car excluant une bonne partie des pertubateurs endocriniens, celle-ci a été revisitée en décembre 2017, et des critères scientifiques ont été alloués aux PE dans le domaine des produits phytopharmaceutiques. Aujourd'hui, une nouvelle stratégie de la part de la commission et du parlement européen est en attente, même si l'urgence se fait sentir : "Chaque bébé qui naît est exposé à plus de 100 potentiels perturbateurs endocriniens" (Barbara Demeneix, professeure de The Endocrine Society)

Note : cet article a pour but d'avoir une vue d'ensemble du problème des pertubateurs endocriniens. Pour plus d'informations, n'hésitez pas à visiter nos sources :

(1) Le Monde
Une émission de France culture
A propos du BPA, sur le site du gouvernement
Sur le droit national et les PE : Générations Cobayes, qui milite contre les PE, et Le Monde sur les PE et la comission européenne, et la liste des PE publiée par le gouvernement.