Cinq mois se sont écoulés depuis l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, et le plomb semble toujours présent dans les rues de Paris. Les enfants étant particulièrement sensibles à l'ingestion du plomb, où en sont les écoles aux alentours de l'incendie ?

Le plomb de la flèche de Notre-Dame

Lors de l'incendie de la cathédrale Notre-Dame, c'est la flèche qui s'est principalement écroulée. Celle-ci contenait 300 à 400 tonnes de plomb. Après analyses, l'Agence Régionale de Santé estimait à plus de 5.000 μg/m2 le niveau de pollution de plomb que l'on pouvait retrouver dans les rues de Paris.

Depuis l'incendie, plusieurs lavages ont été réalisés, baissant le niveau de concentration de plomb à 3.500 μg/m2 dans les sols. L'ingestion du plomb est particulièrement dangereux pour les enfants et les femmes enceintes. Pour l'instant, aucune personne ne semble avoir été affectée par ces polluants. Les rues sont régulièrement lavées, afin d'atteindre le taux préconisé par l'ARS qui est de 1.000 μg/m2.

Les enfants sont les premières victimes

Après les analyses, plusieurs écoles à proximité de la cathédrale ont fermé "par précaution". Des prélèvements sanguins ont également été réalisés auprès des enfants, première cible de cette pollution. Trois enfants semblent contenir un taux de plomb plus important que la normale, mais pour l'instant il n'y a aucune confirmation que cela est lié à l'incendie.

Selon l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS), les enfants absorberaient "4 à 5 fois plus de plomb que les adultes". Leur curiosité les amène souvent à ramasser des objets se trouvant sur le sol, puis à les porter à la bouche. Le plomb que l'on retrouve dans l'organisme peut pénétrer par voies digestives, cutanées ou encore respiratoires. Or quand la plombémie (prise de sang pour vérifier le taux de plomb) passe de 0 à 100, un petit enfant perd entre 5 à 7 points de QI, d'après Robert Garnier, toxicologue au centre anti-poison de Paris.

Le principal risque est celui de Saturnisme, qui est une contamination due à l'ingestion de plomb. Malheureusement il n'existe pas de symptôme significatif, ni de traitement probant. La prévention est donc primordiale. Le plomb peut surtout attaquer le système nerveux mais également les organes de reproduction, les reins ou l'audition par exemple. Pour éviter tout risque, la rentrée est reportée dans plusieurs établissements parisiens.

Les classes pourront-elles ré-ouvrir ?

Fin Juillet, l'association Robin des Bois portait plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui, faisant notamment référence aux écoles des alentours. Cette association qui vise à protéger les humains et l'environnement tente de défendre la santé des enfants.

Elle suit de près la fermeture des lieux dont le seuil de pollution est dépassé. Dans leur dernier communiqué du 4 Septembre, on apprend que le jardin d'une école du 7ème arrondissement avait fermé jusqu'à nouvel ordre, que la rentrée à l’école primaire privée La Rochefoucauld dans le 7ème arrondissement avait été différée, et que les trois écoles aux alentours n'avaient pas été soumises à un diagnostic au plomb.

Au total, ce sont 5 établissements privés qui ont dû retarder leur rentrée, et 37 écoles qui sont sous contrôle. Les écoles publiques qui ont fait leur rentrée témoignent d'une rentrée qui s'est "bien passée", bien que les parents s'inquiètent de risques potentiellement toujours présents.


Sources :

Orange

Le Figaro

Europe 1

France Info