Une brève chronologie

Née en 1901, Monsanto est une entreprise spécialisée dans les biotechnologies agricoles. Elle produit entre autres de l'aspirine, des détergents, des savons, a participé à la recherche sur l'uranium dans le cadre du Project Manhattan, puis en 1960 elle créé sa division Agriculture, spécialisée dans les engrais, Monsanto s'est lancé dans les herbicides et les insecticides... L'entreprise a été impliquée dans de multiples "accidents"
industriels et scandales sanitaires, entre autres les hormones de croissance bovines. Elle est notamment connue pour son desherbant très efficace à base de glyphosate, mis sur le marché sous le nom de Round-Up en 1974.
Il devient très populaire auprès des agriculteurs qui pensent se simplifier la vie avec ce produit miraculeux. Et comment se méfier, puisque rien ne montre qu'il est nocif ! Ce n'est pas de l'ignorance : Monsanto savait pertinnement que ses produits étaient dangereux et a décidé de ne pas en informer le consommateur. En une dizaine d'années, son chiffre d'affaires augmente de 10 millards de dollars, pour arriver en 2015 à 15 milliards.
En 2000, le brevet de Monsanto pour le glyphosate arrive à fin de sa validité. Il peut être produit par d'autres.

En 2008 Marie-Monique Robin, journaliste, écrivaine et réalisatrice, sort son film-documentaire du géant des herbicides : Le Monde selon Monsanto. Il décrie comment la multinationale parvient à se faire de l'argent sur la santé des agriculteurs, des consommateurs, tout en menant une stratégie de désinformation du glyphosate. Il évoque également l'agent orange utilisé pendant la guerre du Vietnam. Malgré la publications de plusieurs études scientifiques alertant sur les dangers des produits de Monsanto, et contre-attaqués par des études scientifiques menées par Monsanto lui-même, ce film est la première réelle source de sensibilisation au public.

C'est en 2015 que le glyphosate est déclaré cancérogène par le Centre International de Rencherche sur le Cancer (CIRC). Les plaintes contre le géant des herbicides s'accumulent par milliers aux Etats-Unis. Les mobilisations se multiplient également, dans une trentaine de villes en France notamment, sous le slogan "Monsanto nous empoisonne".

En Septembre 2016, Monsanto amorce sa disparition progressive sous l'ombre du géant chimique et pharmaceutique Bayer, par un rachat de 59 milliards d'euros (66 milliards de dollars). Déjà bien placé dans le domaine des pesticides, Bayer est désormais le numéro 1 des herbicides.

Et un procès de gagné aux Etats-Unis !

La tension et les preuves s'accumulant, Monsanto est obligé de faire face le 9 août au tribunal de San Fransisco (formé par un jury populaire), accusé d'avoir provoqué le cancer lymphatique de Dewayne Johnson, ancien jardinier à Benicia (Californie). A 46 ans, il est en phase terminale de son cancer, causé d'aprés lui par le Round Up et le Ranger Pro ─ version professionelle du RoundUp ─ qu'il a utilisé pendant deux ans dans les cours d'école, sur les terrains de sport ou dans les jardins de la ville.

Il ne lui reste que deux ans à vivre, et il parvient à achever la première condamnation de Monsanto aux Etats-Unis. C'est une condamnation historique : 290 millions de dollars de dommages et intérêts. Le jugement n'est pas fini, puisque Monsanto a déjà annoncé qu'il souhaitait faire appel.

Environ 5000 plaintes restent à suivre, et la firme risque bientôt de passer de géant mondial à fantôme afin de les éviter. Jugement historique, soit. Mais pour quels résultats ?

Qu'en est-il en France ?

Depuis 1996, l'utilisation du glyphosate en France a été multipliée par 15. Dans le département de l'Aube par exemple, 294,8 tonnes de glyphosate ont été vendues en 2016. L'utilisation et la commercialisation de ce produit en Europe a été reconduite en 2016 par la Commission Européenne.

En 2015 a eu lieu la première condamnation de Monsanto en France. Paul François, agriculteur charentais a été intoxiqué en 2004 au Lasso, un herbicide qu’il utilisait dans ses plantations de maïs. Il fait condamner le géant américains par la cour d’appel de Lyon, mais la sentence est annulée par la cour de cassation en 2017.

Emmanuel Macron a communiqué qu'il souhaitait interdire le glyphosate en France d'ici 2021. Mais les débats de 2018 à l'assemblée n'annoncent rien de bon. Dans le cadre du projet de loi Agriculture et Alimentation, les amendements de la comission du Développement durable pour l'interdiction du glyphosate d'ici 2021 ont été rejetés, tout comme l'amendement d'un député LREM Mathieu Orphelon, co-signé par une cinquantaine de membres de la majorité prévoyant l'interdiction d'ici 2021, avec des dérogations possibles jusqu'en 2023. Un combat qui n'est pour l'instant pas en bonne position.

Quelles alternatives au glyphosate de Monsanto ?

Les pesticides semblent avoir un rôle important dans l'agriculture mondiale si l'on souhaite nourrir les 7,5 milliards d'individus que nous sommes. Chaque année, les pesticides sauvent au moins 40% des récoltes des insectes ravageurs, des mauvaises herbes et des vers parasites. Il faut également prendre en compte que les produits de Monsanto rendent les terres de moins en moins fertiles. Serions-nous devenus dépendants de ces produits ? Une transition vers des méthodes respectueuses de l'environnement semble tout de même s'imposer. Le nombre d'individus que nous sommes n'est pas un obstacle à une agriculture respectueuse de tout et de tous.

Karima Delli, députée européenne EELV, propose dans une interview à France Inter le 13 août 2018 un retour à des moyens plutôt techniques que chimique. La rotation des sols ou l’utilisation de désherbants naturels sont des moyens efficaces et qui protègent notre santé et notre environnement.

En résumé, le combat avance, mais il risque d'être ralenti par Bayer. Affaire à suivre...

Pour plus d'information sur Monsanto, n'hésitez pas à regarder les films de Marie-Monique Robin :
Le Monde selon Monsanto
Le RoundUp face à ses juges
Pour plus d'information sur le procès, n'hésitez pas à consulter nos sources :
Sources à consulter :
Médiapart - Le glyphosate seule alternative pour répondre au défi de la faim dans le monde?
France Inter - Monsanto livre une vraie désinformation sur le glyphosate
Lyon Capitale - Monsanto bientôt devant les tribunaux à Lyon
L'OBS - Procès du glyphosate : "Monsanto pourrait devenir une coquille vide, donc insolvable"
France Inter - Monsanto condamné aux Etats-Unis pour avoir causé le cancer d'un jardinier
France Inter - Karima Delli sur le glyphosate : La FNSEA fait un lobby d’enfer