Lyon : la première société protectrice de végétaux a vu le jour

news Mar 11, 2021

À Lyon, la première société protectrice de végétaux a ouvert ses portes. Son but : réduire le gaspillage des végétaux et promouvoir la biodiversité en ville.

Nicolas Talliu, pépiniériste de 33 ans, s’est décidé à créer au cœur du quartier de Gerland une pépinière avec une petite serre. Fatigué de constater le gaspillage colossal généré par les pépiniéristes, les grossistes en végétaux, les fleuristes et les ventes flash de plantes en ville, Nicolas Talliu s’est décidé à agir pour répondre et solutionner ces problèmes de gaspillages.

Le concept

Afin de donner une seconde vie aux plantes destinées à la poubelle, Nicolas Talliu rachète, à bas prix, des stocks de végétaux condamnés qu’il remet en état et revend à moitié prix dans sa pépinière urbaine.

Nicolas Talliu, à l’initiative de la société protectrice de végétaux :

C’est un peu le toogoodtogo de la plante

Dans sa petite serre, la température intérieure affiche 35°C. C’est une ambiance calme et apaisée qui se dégage de la serre. Sur les étagères, suspendues et parfois même sur le sol, les plantes sont omniprésentes. Certaines sont en mauvais état, mais grâce à Nicolas, leurs jours ne devraient plus être comptés ! D’autres, prennent le soleil printanier en extérieur en attendant d’être rempotées et bichonnées.

Nicolas Talliu :

C’est le même principe que la SPA. Ici, tout est local. L’engrais, le compost et la terre, dans laquelle les plantes sont rempotées, proviennent des circuits courts et seront vendus sur place. L’objectif est de montrer aux visiteurs qu’ils peuvent ensuite faire la même chose sans que cela génère une énorme empreinte carbone.

Comment ça marche ?

Nicolas Talliu :

Il y a plusieurs possibilités. Soit, on part sur une prestation de soins et on redonne la plante à son propriétaire, une fois qu’elle a repris vie. Soit les gens veulent s’en débarrasser et la laissent ici.

Dans le cas où une plante est laissée là-bas, elle est remise en forme puis mise en vente. D’autres, nées de boutures, seront cultivées et ensuite proposées à « l’adoption ».

Un acte solidaire et écologique

Derrière cette action, il y a une démarche écologique. Une volonté de sensibilisation de la part de Nicolas Talliu. Le but étant de lutter contre le gaspillage, mais pas seulement.

Nicolas Talliu :

On observe, depuis quelques années, une frénésie pour les plantes. Les ventes flash se multiplient. C’est vraiment super mais peu de gens savent que les plantes achetées ont parfois fait deux fois le tour de la planète avant d’être vendues en France.

Les gens pourront aussi venir pour prendre des conseils. S’ils viennent avec des photos de leur balcon ou de leur terrasse, Nicolas Talliu se propose de regarder l’exposition au soleil et de les orienter sur quel type de plantes acquérir.


Retrouvez tous nos articles news sur notre blog en cliquant ici.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez la Aurore Market Family sur Facebook et Instagram !

Photo : Unsplash

Sources :

A Lyon, la première Société protectrice des végétaux
Elle vise à chasser le gaspillage des végétaux et à promouvoir la biodiversité en ville.
Pépiniériste, il lance la première « SPA » pour les plantes à Lyon
Pépiniériste, Nicolas Talliu ouvrira lundi, à Lyon, la première « société protectrice des végétaux » pour récupérer des plantes, mal en point, et leur redonner vie avant de les proposer à l’adoption