L'usage de certains pesticides de nouveau autorisé pour sauver le secteur de la betterave

news Aug 10, 2020

L'utilisation des néonicotinoïdes, pourtant interdits depuis 2018, va être autorisé à titre dérogatoire et jusqu'en 2023 en raison de la crise frappant le secteur de la betterave sucrière.

Un plan de soutien à la filière de la betterave sucrière

Afin de protéger le secteur de la betterave sucrière de la jaunisse, le gouvernement souhaite permettre d'utiliser "dans des conditions strictement encadrées", des pesticides néonicotinoïdes, pourtant interdit depuis 2018. Les producteurs de betterave sucrière alertent depuis plusieurs semaines sur le danger auquel est confronté le secteur en raison des pucerons verts vecteurs de la jaunisse virale.

Le ministère de l'Agriculture :

Cette crise de la jaunisse fragilise l’ensemble du secteur sucrier et crée le risque d’un abandon massif de la betterave en 2021 par les agriculteurs au profit d’autres cultures. Or la France est le premier producteur de sucre européen. Le secteur concerne 46.000 emplois dont 25.000 agriculteurs et 21 sucreries.

Le gouvernement va alors obtenir "une modification législative cet automne" qui introduira une dérogation jusqu'en 2023 dans le cadre d'un plan de soutien à la filière. Ce plan vise plus largement à "sécuriser les plantations, l’approvisionnement des sucreries et donc le maintien d’une filière sucrière forte et compétitive en France, tout en limitant l’impact sur les pollinisateurs".

"Dès 2021 dans le cadre du plan de relance", le gouvernement voudrait mobiliser 5 millions d'euros supplémentaires pour financer la recherche "d’alternatives véritablement efficaces" aux pesticides néonicotinoïdes et ainsi indemniser les agriculteurs ayant subi des "pertes importantes liées à cette crise de la jaunisse de la betterave".

Des insecticides dangereux pour les abeilles

En l'absence de solution face à la jaunisse virale, le syndicat spécialisé CGB a déclaré que la France ne produirait pas en 2020 "600.000 à 800.000 tonnes de sucre". Ce syndicat réclamait, par ailleurs, une dérogation pour se servir des néonicotinoïdes pour protéger leurs semences.

Ces insecticides avaient pourtant été interdits en septembre 2018 en raison de leur effet désastreux sur le système nerveux des pollinisateurs, en particulier des abeilles. Face à cette décision, de nombreux agriculteurs et apiculteurs qui dépendent en partie du travail des abeilles ont exprimé leur colère.

Michel Trémeau, apiculteur dans le Loiret, dans un entretien pour France 3 :

C’est des produits qui sont 350 à 400 fois plus toxiques. Quand la plante va fleurir, on aura des traces d’insecticides dans les pollens et nectars. Donc on a des nectars et pollens qui sont pollués.

Retrouvez tous nos articles news sur notre blog en cliquant ici.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez l'Aurore Market Family sur Facebook et Instagram !

Source photo : Unsplash / Paweł Czerwiński

Sources :

Un insecticide interdit pourrait être autorisé pour sauver les betteraves
Un syndicat réclame une dérogation pour utiliser des néonicotinoïdes afin de protéger les semences
Insecticides : le gouvernement fait marche arrière pour sauver la betterave
Interdit depuis 2018, l’usage des pesticides néonicotinoïdes pourra être autorisé à titre dérogatoire et jusqu’en 2023, le temps de sortir la filière betteravière de l’ornière et de trouver des formules de substitution.
Agriculture : un insecticide de nouveau autorisé
Le gouvernement fait un geste en faveur des betteraviers. Une annonce faite jeudi 6 août, il a manifesté son attention de ré-autoriser l’usage des néonicotinoïdes dans des conditions encadrées, après une interdiction en 2018. Ce pesticide tue des insectes polinisateurs.

Lucile Guerrier

Etudiante et stagiaire en communication - Aurore Market