Les règles : leurs effets sur notre corps

astuce May 21, 2021

De notre puberté à la ménopause, nous allons connaître en moyenne près de 500 cycles menstruels. Ces derniers ne seront pas sans conséquence sur notre corps. C’est pourquoi nous vous proposons aujourd’hui un petit exposé de leurs effets : douleurs, fatigue, sautes d’humeur…

Comprendre son cycle menstruel

Chaque propriétaire d'utérus naît avec un stock de plusieurs centaines de milliers de follicules au niveau des ovaires, contenant chacun un ovocyte. Tous les 28 jours environ, de la puberté à la ménopause, un cycle ovarien a lieu avec la libération d’un ovocyte par l’un des deux ovaires : c'est l’ovulation.

Le cycle menstruel dure en moyenne 28 jours. Mais chacune d’entre nous à son propre fonctionnement. Donc pas d’inquiétude si votre cycle dure plus ou moins longtemps que la moyenne. Il peut aller de 23 jours à 35 jours sans problème, voire plus, suivant les corps et les différents facteurs externes (stress, fluctuation de poids, contraception...). Le cycle menstruel commence dès le premier jour de vos règles, et se termine la veille de vos règles suivantes.

Il est généralement découpé en deux phases qui sont elles-mêmes séparées par la période d’ovulation. C’est lors de ces deux phases, que bien souvent vous observerez des modifications de vos sensations physiques et psychologiques. C’est ce que nous allons essayer de comprendre ensemble aujourd’hui, c’est parti !

La phase pré-ovulatoire ou folliculaire : du 1er au 14ème jours

Vos règles viennent d’arriver ? Vous entrez alors dans la première phase de votre nouveau cycle menstruel : la phase folliculaire. Eh oui, premier jour de règle signifie premier jour du cycle. C'est durant cette période que votre corps va se préparer à l’ovulation.

Entre le 5ème jour de votre cycle (votre période de règle est déjà terminée ou presque) et le 14ème jour (jour de l’ovulation sur un cycle de 28 jours) les ovaires vont produire des hormones : les œstrogènes en grande quantité. Débute alors entre eux une lutte pour savoir lequel arrivera à maturité complète. Celui qui atteindra ce stade sera appelé le follicule dominant.

Durant cette phase, votre état psychologique est lui aussi sous l’influence de l'œstrogène : vous vous sentez bien dans votre peau, magnifique, désirable… Même votre humeur est au beau fixe et votre libido est au top !

Pendant ce temps, dans votre corps, le cycle ovarien se met également en marche. Au sein d’un de vos deux ovaires, un ovocyte élu va grossir à l’intérieur du follicule dominant. Cette phase correspond donc à la croissance et à la maturation de cet ovocyte qui sera libéré au moment de l’ovulation.

Source : Adobe Stock

La phase d’ovulation : du 14ème jour au 28ème jour

Au 14ème jour du cycle menstruel (en moyenne), le follicule mûr va ovuler. Il se vide de son contenu et libère l'ovocyte, devenu alors ovule, qui quitte à son tout l'ovaire pour être capté par la trompe de Fallope.

Le follicule ayant ovulé se transforme en corps jaune. Il va se mettre à sécréter, en plus des œstrogènes, de la progestérone. Au niveau de l’utérus, sous l’action combinée des œstrogènes et de la progestérone, l’endomètre (la muqueuse de l'utérus) va se transformer pour accueillir une éventuelle grossesse.

Si l’ovule rencontre des spermatozoïdes dans la trompe, une fécondation a lieu et un embryon se forme. Il va pouvoir migrer et se fixer dans l’endomètre : on parle d’implantation. Une fois implanté, l’embryon envoie des signaux au corps jaune pour qu’il continue sa sécrétion hormonale permettant la poursuite de la grossesse.

En absence d'implantation, le corps jaune rentre dans un processus de dégénérescence et stoppe sa sécrétion hormonale. Le cycle se termine et un nouveau s'amorce en lançant le début de nouvelles règles.

D’où vient la douleur des règles ?

Les douleurs des règles peuvent apparaître soit à l’adolescence dans les mois suivant les premières règles (dysménorrhée primaire), soit au cours de la vie adulte (dysménorrhée secondaire). Leurs causes sont habituellement différentes.

Ces dysménorrhées sont provoquées par les prostaglandines, des hormones qui provoquent une contraction de l'utérus et de la zone tout autour.

Chez les jeunes :

Comme vous l’aurez peut-être déjà compris, la douleur des règles est très souvent liée à la phase ovulatoire, lorsque le follicule se rompt. C’est donc souvent quelques jours avant les règles ou pendant le début de vos règles que les douleurs vont arriver. Tous les mois, lorsque le follicule se rompt au moment de l’ovulation, cela peut s’avérer plus ou moins douloureux chez certaines personnes.

Ces douleurs sont comparables à des crampes. Les douleurs peuvent être localisées au niveau du bassin, du dos, des cuisses ou du ventre. Les douleurs ressenties au bas ventre ou au bas du dos sont liées aux contractions de l’utérus. L’intensité de ces crampes menstruelles varie d’une femme à l’autre. Dans certains cas, la douleur est modérée. Dans d’autres, elle peut être très intense et même entraîner des vomissements. D’autres symptômes peuvent inclure des selles molles, des maux de tête et des vertiges.

Chez l'adulte :

Les douleurs des règles qui surviennent plus tard chez l'adulte peuvent être dues à :

  • Une endométriose (développement de muqueuse utérine dans un organe où elle ne devrait pas se trouver, trompes de Fallope, ovaires, vagin, vessie, cavité abdominale, etc.),
  • Une infection génitale chronique,
  • Un SOPK (syndrome des ovaires poly-kystiques)
  • Des troubles ovariens,
  • Des polypes de l’utérus, etc.
Source : Adobe Stock

Comment soigner la douleur des règles ?

Les médicaments efficaces

Les règles douloureuses peuvent être soulagées selon différents traitements. Le plus simple en cas de douleurs importantes, sauf contre-indication, c’est de prendre du paracétamol (1 gramme toutes les 6 heures au maximum chez l’adulte). On peut aussi ajouter un médicament contre les spasmes, appelé antispasmodique, le plus connu est le Spasfon®.

L'ibuprofène, un anti-inflammatoire non-stéroïdien (AINS), reste cependant le médicament le plus indiqué. Mais attention, comme tous les anti-inflammatoires, il peut avoir des effets secondaires digestifs et entraîner des allergies. Il est important d’en prendre avec modération et de ne pas dépasser la dose maximale recommandée (1 g toutes les 8 heures). Il se prend toujours pendant les repas pour ne pas agresser l'estomac.

Si les douleurs ne sont pas soulagées, alors il est conseillé de consulter son médecin traitant et/ou un gynécologue.

Les solutions naturelles

Il existe de nombreuses façons de soulager les règles de façon naturelle. Infusion de plantes, huiles essentielles ou encore médecines alternatives, c'est à vous de choisir ou de consulter un spécialiste pour savoir ce qui conviendra le mieux pour apaiser vos douleurs.

L'hygiène de vie : bien souvent délaissée ou oubliée, l'hygiène de vie joue un rôle déterminant en défaveur des douleurs dues à vos règles.

La chaleur : relaxante, la chaleur a un effet vasodilatateur (qui accroît le diamètre des vaisseaux sanguins donc qui permet au sang de mieux circuler et soulager les spasmes) et anti-inflammatoire qui soulage efficacement. Sous la douche, faites couler de l'eau bien chaude sur votre ventre et dans le bas du dos pour détendre les muscles ou optez pour un bon bain chaud. Prenez garde si toutefois vous avez des règles abondantes car la chaleur augmente les saignements. Une bouillotte sur le ventre est aussi très efficace.

Faire de l'exercice : essayez de faire des étirements, de la marche ou du vélo. La pratique du yoga contribue également à chasser les tensions et douleurs du bas-ventre ou du dos. C'est dur au début mais vous serez souvent ravi.e.s de l'avoir fait car l'activité physique apaise les crampes abdominales des règles.

L'alimentation :

  • Limitez les excitants (cafés, thé, sodas, etc) qui augmentent le stress et intensifient les douleurs, ainsi que les aliments gras et sucrés qui favorisent l'inflammation.
  • Mangez des aliments riches en oméga-3, des acides gras anti-inflammatoires (sardines, maquereau, hareng, saumon...)
  • Consommez des aliments riches en magnésium (noix, amande, lentilles, bananes...) pour leurs effets anti-stress qui tempèrent les contractions utérines.
  • Faites le plein de calcium (produits laitiers, tofu, sardines en boite avec les arêtes...), ce minéral semble réduire la dysménorrhée selon plusieurs études.
  • Grignotez des graines riches en phytœstrogènes (œstrogènes végétaux) pour compenser la chute hormonale : tournesol, lin ou sésame.

Les positions qui soulagent : l'astuce pour soulager les maux de ventre et dormir sereinement est d'adopter la position fœtale. Positionnez-vous sur le côté, les jambes repliées en direction de votre poitrine vont permettre de relâcher les muscles de l'abdomen. Cette posture diminue aussi le risque de fuite de sang.

La masturbation : la masturbation aide à réduire les douleurs de règles, c'est fou non ? En effet, en provoquant du plaisir et éventuellement un orgasme, elle permet au corps de sécréter l'hormone du plaisir : la dopamine. Cette dernière est alors produite en grande quantité dans le corps et met en retrait les prostaglandines responsables des contractions utérines.

La phytothérapie : quésaco ? Eh bien c’est une médecine douce qui traite et prévient les maladies, douleurs et maux par l’usage des plantes. C’est souvent avant d'envisager un traitement hormonal ou une mise sous pilule que votre gynécologue peut vous proposer ce genre de traitement. Ce sont des plantes qui agissent comme la progestérone en continu ou 10 à 15 jours par cycle.

Voici une liste de plantes et d’infusion à réaliser qui aident à réduire les douleurs de règle :

  • La mélisse : connue pour réduire les crampes abdominales. Prenez là en infusion : versez 1 c. à s. de mélisse dans 250 ml d'eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes. Filtrez. Boire 1 tasse par jour après les repas.
  • La racine de séneçon : calme les douleurs. Prenez là en tant qu’infusion : faites infuser pendant 15 minutes 25 g de racine de séneçon, dans un demi-litre d'eau bouillante. Filtrez. Prendre 2 à 3 tasses par jour. À commencer avant la date des règles.
  • La camomille noble ou matricaire : est antispasmodique. Prenez là en tant qu’infusion : faites infuser 1 c. à s. de fleurs par tasse. Faites-vous plusieurs tasses par jour.
  • L'angélique : est stimulante. Préparez-vous une infusion et prenez-en 1 tasse après chaque repas.
  • Le persil : régulateur du flux menstruel et agit contre les spasmes. Mettez-en 20 à 25 g de feuilles dans 500 ml d'eau bouillante. Faites infuser 10 minutes, filtrez et c’est prêt. À boire au moment des spasmes.
  • L'onagre : il atténue les contractions utérines. Cette jolie plante jaune est riche en acides gras essentiels, qui ont un rôle de régulateur hormonal.
  • La menthe : elle est aussi une bonne plante antidouleur. Mettez 1 c. à s. de feuilles séchées de menthe pour 150 ml d'eau bouillante. Laissez infuser 10 minutes, boire 2 à 3 tasses par jour, en sucrant avec du miel.
  • Les graines d'aneth : également très apaisantes, elles se mâchent ou se prennent en tisane. Il en faut à peu près 3 g par jour, c'est-à-dire 1 c. à s. Pour la tisane, versez 150 ml d'eau bouillante sur les graines, laissez infuser 5 à 10 minutes, et buvez 3 tasses par jour.
  • La bourse à pasteur : elle soulage les douleurs des règles abondantes : buvez-en 3 tasses par jour avec 2 g de plante séchée.
Source : Pixabay

L'homéopathie : sous forme de granules homéopathiques, ces soins sont à laisser fondre sous la langue. Le choix de ces dernières dépendra des caractéristiques de votre douleur, notamment des signes qui l'accompagnent. Pour plus de renseignements à leurs sujets, nous vous conseillons de voir directement avec votre gynécologue.

L'aromathérapie : huiles essentielles possèdent des vertus apaisantes et relaxantes en cas de douleurs du bas-ventre. En effet, elles régulent le métabolisme et l'état émotionnel. Elles sont à faire fondre sous la langue ou à masser sur la peau.

En massage : diluez 2 gouttes d'huile essentielle d'estragon, d'HE d'ylang-ylang, d'HE de mandarine, d'HE de basilic ou d'HE de menthe dans une huile végétale. Si vous n’avez pas d’huile végétale, mélangez 1 goutte de 3 de ces huiles essentielles directement dans vos mains avant d’appliquer ce mélange en massage léger sur le bas-ventre, deux à trois fois par jour.

À avaler : dans un verre diluez : 2 gouttes d'huile essentielle de petit grain bigarade, d'estragon, de basilic ou de menthe dans 1 c. à c. de miel et avalez. Vous pouvez aussi verser les gouttes pures sous la langue. Réalisez ce processus 2 à 3 fois par jour en cas de fortes douleurs pendant les premiers jours de règles.

Les médecines alternatives

L'acupuncture : la technique de l'acupuncture est efficace pour soulager les douleurs des règles. Les piqûres ont pour objectif de rééquilibrer le flux d'énergie vitale qui circule dans notre corps. L'acupuncteur pose entre deux et quatre aiguilles sur différents points du corps, pour soulager les douleurs ou ralentir le flux.

Le shiatsu : cette technique asiatique millénaire consiste à stimuler les points d'acupuncture, non pas avec des aiguilles cette fois, mais avec les doigts. Vous pouvez consulter un praticien spécialiste de cette technique. Certains mouvements peuvent s'effectuer à la maison.

L'ostéopathie : elle est utile pour soulager les douleurs musculaires et les contractions liées à d'autres problèmes (mauvaise position des articulations, du dos ou des hanches).

L'hypnose : moins connue, elle permet de réduire la sensation de douleur de plus de moitié.


Retrouvez toutes nos astuces sur notre blog.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez notre communauté sur Facebook et Instagram !

Images : Adobe Stock et Pixabay

Sources :

Cycle menstruel : ce qu’une femme ressent pendant les phases du cycle - Doctissimo
Fatigue, douleurs, sautes d’humeur, libido, appétit… Les fluctuations hormonales au cours d’un cycle menstruel ne sont pas sans conséquences, tant sur le plan physique que psychologique ! Explications.
Qu’est-ce qui cause les douleurs menstruelles et comment y mettre fin ?
Les douleurs menstruelles sont l’un des aspects les plus désagréables des règles. Découvrez de quoi il s’agit, quelles sont les cause et ce qui aide à les atténuer.
Cycle menstruel et troubles du cycle | COCG - Centre Obstétrique et Chirurgie Gynécologique à Lyon/Mornant
Chaque mois, le cycle menstruel prépare l’organisme à une éventuelle grossesse, de la puberté jusqu’à la ménopause....
Pourquoi a-t-on mal au ventre quand on a ses règles ?
Ces douleurs, qui concernent de nombreuses femmes, peuvent survenir pendant les règles mais aussi juste avant, on appelle ça des dysménorrhées.
Règles douloureuses : comment faire pour les soulager ?
Une femme sur deux souffre chaque mois de ses règles. Médicaments, traitements naturels ou encore médecine alternative... Voici toutes les...
Les causes des règles douloureuses - VIDAL
Les douleurs des règles peuvent apparaître soit à l’adolescence dans les mois suivant les premières règles (dysménorrhée primaire), soit au cours
Notions de Base du Cycle Menstruel – Tes Règles
Qu’est-ce que la phytothérapie ? Que soigne-t-elle ?
Médecine douce qui traite et prévient certaines maladies et troubles par l’usage des plantes. Elle est complémentaire à la médecine traditionnelle.

https://www.doctipharma.fr/conseils-de-pharmacien/article/regles-douloureuses-que-faire