Selon une étude de GreenFlex, les Français sont prêts à changer leur consommation

societe Jan 15, 2020

En 2019, l'étude sur la consommation de GreenFlex a prouvé que deux personnes sur trois ont déjà changé leurs achats au quotidien pour mieux préserver la planète. La priorité serait donc de réduire ses besoins afin de vivre dans une société où la consommation devient responsable et prend une place moins importante.

Changement du modèle de consommation

L'inquiétude environnementale semble pousser la population vers la "déconsommation". Sur le web, 44% des Français affirment limiter leurs achats de produits neufs par conviction et 70% réduisent leur consommation de produits cosmétiques et d'hygiène. Plus d'une personne sur deux commence à limiter ses déplacements en avion et récupère, réutilise ou répare produits et matériaux défectueux.

Consommation responsable rime aussi avec consommer autrement (produits éthiques, éco-labellisés etc.). Les français pensent qu'il est urgent d'agir pour l'avenir de la planète. Lutter contre le réchauffement climatique, préserver la biodiversité et gérer le problème des déchets surtout plastiques est une priorité. La protection de l'environnement est désormais le deuxième critère d'achat de produits durables après la santé.

Plus de confiance envers les entreprises

Parmi les facteurs expliquant cette envie de moins consommer figure aussi une méfiance croissante vis-à-vis des entreprises. Alors qu'en 2004, lors de la première étude de consommation Greenflex, plus de la moitié des Français affirmait avoir confiance dans les grandes entreprises. Ce nombre a aujourd'hui chuté à seulement 27%. Seul 25% des personnes interrogées estiment détenir assez d'informations sur les conditions de fabrication des produits, alors que 88% pensent que les informations diffusées poussent à la surconsommation.

Les Français se tournent alors vers des modes de consommation susceptibles de réduire le nombre d'intermédiaires, en privilégiant les petits commerçants, voire directement les producteurs ou auprès de réseaux spécialisés comme les Amap. À noter que 68% d'entre nous privilégient le made in France.

Les grandes entreprises face au mur

Les entreprises n'ont alors plus le choix et doivent s'adapter à la demande de transparence de la population afin d'assurer leur pérennité. Il faut donc revenir vers un modèle de consommation durable en privilégiant la production locale et stoppant l'obsolescence programmée. 63% des consommateurs font davantage confiance aux commerces quand ils proposent des produits durables.

Ce changement peut d'ailleurs aussi être vu comme une grande opportunité. La méfiance vis-à-vis des entreprises et du modèle économique actuel est aussi présente dans les cinq autres pays et grands marchés européens : l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, le Royaume-Uni et la Suède. Les marques audacieuses peuvent alors se servir de la France comme un laboratoire privilégié pour tester cette transformation nécessaire.


Pour retrouver tous nos produits : auroremarket.fr

Rejoignez notre communauté sur Facebook ou Instagram !


Sources :

Baromètre consommation responsable 2019 - Greenflex
Découvrez les résultats 2019 du baromètre GreenFlex de la consommation responsable, qui interroge les attentes des citoyens vis-à-vis de la consommation.
Réchauffement climatique : les Français font de gros efforts au quotidien
Pour limiter les dégâts du changement climatique, de nombreux Français sont prêts à changer leurs habitudes au quotidien.
L’envie de “consommer moins” croît nettement en France
Entre 2017 et 2019, la vision des Français de la “consommation responsable” a significativement changé, montre une étude du cabinet Greenflex. Ils sont de plus en plus nombreux à citer la nécessité de réduire leurs achats, alors qu’ils portent un regard de plus en plus pointu sur les produits durabl…
Les Français veulent vraiment limiter l’impact de leur consommation
Deux personnes sur trois ont déjà changé leurs achats au quotidien pour mieux préserver la planète, selon le baromètre GreenFlex-Ademe. Et une sur quatre juge que la priorité est de réduire ses achats.