…Maintenant : ce sera juste barbant !

Quoique !

C’est assez agréable d’avoir les mains dans un mélange qui sent la (vraie) lavande ; et non le nez dans des effluves de biocide ! D’ailleurs : quel est le problème (hormis les disputes familiales pour le partage des tâches ménagères) ?

Le paradoxe des produits ménagers conventionnels

Le problème est que l’on réalise que ce qui devait nous protéger des contaminations (biologiques) ; est finalement ce qui nous contamine (chimiquement). Si l’écologie choisit de faire un pas de côté de la solution de facilité, c’est justement parce-que les produits ménagers conventionnels, nous promettent d’éliminer les tâches, bactéries et salissures « sans effort ». Mais à quel prix pour notre santé, et celle de notre environnement ? Les produits d’entretien censés assainir l’air ou diminuer les allergies produisent, pardon produiraient l’effet contraire (émission Des idées pour demain). En effet ils contiennent des actifs irritants, allergisants, voire cancérogènes ou perturbateurs endocriniens. Sur ce sujet, je vous invite à lire les articles de Mathilde. L’ADEME nous précise ainsi que 91% des produits ménagers contiennent des substances nocives,  notamment parce-qu’ils contiennent des substances issues de la pétrochimie. Le formaldéhyde par exemple, est un gaz incolore que l’on retrouve dans nombre de produits du quotidien. Notamment pour ses propriétés anti-microbiennes. Or il est irritant, sensibilisant et allergène ubiquitaire. Quant à l’incontournable eau de Javel, en plus de ne pas être biodégradable, elle « libère des composés organochlorés toxiques ».

Redonner du sens aux produits ménagers

Incontournable, vraiment ?  Heureusement non ! Pour préserver sa santé, la planète et son porte-monnaie, rien de plus simple (et plus RiGoLo) que de faire soi-même ses produits d’entretien ! Ainsi on sait quelle est leur composition, et pour quel usage (« le naturel ne ment pas » : le vinaigre, il va pas te promettre qu’il sent bon !) ; et ce pour quelques euros et une poignée de minutes !

Toutefois, il ne s’agit pas de faire n’importe quoi sous prétexte de naturel. Par exemple, l’usage des éventuelles Huiles Essentielles doit se faire avec autant de prudence que de parcimonie, car elles sont très concentrées. Et si c’est amusant, c’est justement  parce-que certains produits, même bruts, vont créer des réactions entre eux. Il s’agit donc de ne pas jouer à l’apprenti chimiste, et de faire preuve de précaution.

Néanmoins, il y a bien moins de risques à utiliser les produits qui seront présentés dans cet article ; que des produits d’entretien bien chimiques, qui nous promettent l’inverse de ce qu’ils causent ! Alors quelles sont les alternatives biodégradables ?

Infographie QQF pour l’ADEME

Le bicarbonate de soude, ma bonne dame !

Si le natron était déjà utilisé sous l’Egypte Antique (eh non, Béa Johnson n’a pas tout inventé) : le bicarbonate de soude sous forme de poudre, que nous connaissons actuellement, est issu d’une réaction chimique entre du sel et de la craie. NaHCO3 (pour les intimes) se décline en deux types : alimentaire (plus fin, utilisé pour son action levante ou anti-acidité) ; et technique, celle qui nous intéresse ici.  Biodégradable et économique : le bicarbonate de soude est incroyablement polyvalent ; voyez plutôt ! En en faisant une pâte (en le mélangeant à un peu d’eau, ou en le déposant sur une éponge humide)  à laisser poser  quelques minutes, le bicarbonate, est assez magique pour :

  • Nettoyer les plans de travail et les moisissures, grâce à ses propriétés antifongiques (de fungus, champignons)
  • Nettoyer les tasses en porcelaine, tâchées par notre amour du thé ou notre addiction au café. Il suffit de frotter délicatement la tasse avec l’éponge humide saupoudrée de bicarbonate ; de laisser poser, puis de frotter délicatement ! Et la lumière fut ! Dégraisser la vaisselle ou les surfaces (or aluminium)
  • Nettoyer et détartrer les robinetteries (compter 3 volume de bicarbonate pour 1 volume d’eau)
  • Détacher du linge
  • Il est aussi très efficace pour désodoriser des chaussures, une pièce, ou un frigo : en y plaçant une petite coupelle remplie de quelques cuillerées de bicarbonate de soude. Et même le linge : en ajoutant 1 cs de bicarbonate pour 1L de lessive !


S’il est préférable de ne pas mélanger les deux pour préparer un produit d’entretien, car leurs effets se neutralisent ; voici un autre ingrédient incontournable du ménage au naturel :

Le vinaigre, pardi!

En effet, alors que le bicarbonate de soude a un pH basique ; le vinaigre a, je vous le donne en mille : un pH acide ! Ainsi, il est un désinfectant écolonomique dans toute la maison… pour remplacer l’odeur de tue-la-vie (aka l’eau de Javel),  par une odeur tue-l’amour.

Ou quand déboucher l’évier devient rigolo : hmmm le démontage du siphon plein de cheveux et de savon ! Pour éviter ce doux moment, pourquoi ne pas d’abord déboucher les canalisations en jouant au (prudent !) petit chimiste ?  Cette fois, la réaction sus-mentionnée entre pH acide et basique, est intéressante (si préparée au moment de l’utilisation), car elle va créer un dégagement de CO2, qui va dégager le tuyau bouché. Donc il suffit d’y verser (attention, ça mousse !) 1 verre de vinaigre, puis quelques CS de bicarbonate de soude.

Ses propriétés désinfectantes en font un produit intéressant pour nettoyer la poubelle ou les WC (..en plus il y a de fortes probabilités que lorsque l’urine entre en contact avec la javel (sur les wc), cela provoque un dégagement toxique ! alors , il est où le tue-l’amour ?). Surtout, le vinaigre est un nettoyant multi-surfaces écolonomique : il suffit de remplir un seau de 2/3 d’eau chaude et 1/3 de vinaigre (et quelques gouttes d’huile essentielle de lavande ou d’agrume) et d’utiliser ce mélange pour nettoyer les sols, surfaces lisses et autres vitres ! Pour nettoyer les sols, un autre produit ancestral est redoutablement efficace :

Avec le son c'est encore mieux !

Le savon noir, pour sûr !

Ce savon, d’usage cosmétique ou ménager, a la particularité d’être saponifié, non pas à la soude, mais à la potasse. Il est traditionnellement élaboré à partir d’huile de lin, d’olive ou de chanvre. Le savon noir peut être plus moins concentré en savon ; et s’utiliser seul ou en association. Par exemple, pour nettoyer efficacement les sols, il suffit de les laver avec un mélange de 1CS de savon noir et 2CS de bicarbonate, tous deux dégraissants, pour 2 L d’eau chaude. Mais même seul, il se révèle très efficace pour entretenir et dégraisser les surfaces (plastiques, parquets, carrelage) ; en comptant environ 2CS pour 2L d’eau chaude. Vaporiser ses plantes de ce mélange eau/savon noir, permet d’éloigner naturellement les pucerons et autres insectes

Ce petit inventaire à la Prévert est loin d’être exhaustif ! N’hésitez pas à partager vos astuces de ménage écolonomique et à consulter ce guide, qui est une vraie mine d’or : le cahier de recettes de la droguerie écologique, consultable ici !Et vers quelque produit ménager que se tourne votre choix, n’oubliez pas que le plus important est déjà d’aérer nos espaces de vie ;)


Merci à notre Plume Mathilde Qu'on se le dise, qui a rédigé cet article bénévolement pour nous. La photo de couverture de cet article est d'ailleurs issue de son blog : allez la soutenir en lisant ses chouettes articles sur le LOW IMPACT, les écolonomies et le zéro déchet, et en suivant son activité sur Instagram !