Isère : 200 hectares de forêts sauvés grâce à l'abandon du projet Center Parcs

news Jul 27, 2020

Le groupe Pierre et Vacances a annoncé le mercredi 8 juillet que son projet de construction du Center Parcs à Roybon n'aboutira pas. Cet abandon fait suite à des années de batailles judiciaires et citoyennes.

Un projet abandonné

Le 8 juillet dernier, le groupe Pierre et Vacances a annoncé l'abandon du projet Center Parcs à Roybon en Isère, lancé en 2007. Celui-ci fait suite aux multiples recours déposés depuis 2010 par des associations de défense de la Nature et de protection du milieu aquatique. De plus, depuis 2014, ce terrain a été transformé en "zone à défendre" (ZAD).  Ce projet entrevoyait la construction dans la forêt de Chambaran de 1000 cottages, de restaurants et de commerces autour d'un espace aquatique.

Le groupe Pierre et Vacances :

Depuis plus de dix ans, des procédures judiciaires contestant les autorisations administratives ont fait obstacle à la réalisation du projet. L’autorisation de défrichement, indispensable à sa réalisation, (est) devenue caduque, et l’accès du site (est) bloqué par des zadistes occupant illégalement le terrain depuis 2014.

Même si le groupe insiste sur son "engagement en faveur d'un tourisme responsable et durable", celui-ci n'aura pas été suffisant pour réaliser ce projet.

Gérard Brémond, président et fondateur de Pierre et Vacances :

(...) on était dans une impasse, c’était devenu inextricable entre l’occupation du site, les changements de réglementations, les autorisations pour les permis de construire, pour le défrichement, la loi sur l’eau, la préservation des espèces, et les lenteurs de la justice dans les différents stades, la cour d’appel, le tribunal administratif, le conseil d’Etat. Tout cela se superposait, c’était interminable.

Un "massacre écologique" évité

L'abandon de ce projet a ainsi permis de sauver 200 hectares de forêt et d'éviter un futur "massacre écologique".

Stéphane Péron, porte-parole de l'association Pour Chambaran sans Center Parcs :

On a évité un véritable massacre écologique. Le site où devait être construit Center Parcs est une zone humide qu'il fallait à tout prix protéger pour stocker l'eau qui se fait rare. Le problème de l'emploi est un leurre. Il ne peut justifier le saccage de tout un écosystème et la création d'une ville de 5 000 habitants par une société qui veut faire de l'argent. Ce type de projet n'est plus imaginable en 2020.

Les opposants au projet de Roybon espèrent que cette victoire va permettre à d'autres luttes contre l'artificialisation des forêts de se poursuivre ou de naître.

Une lutte qui se poursuit

La question se pose alors du devenir de ce terrain. La commune de Roybon envisage de discuter de l'avenir de ce site qui aurait permis de créer 700 emplois. Les opposants au projet continueront eux de se battre sur place pour que rien ne vienne le remplacer.

L'association France Nature Environnement Isère :

Il faut laisser la zone comme elle est, on ne s'est pas battu pour que quelque chose d'autre voit le jour à la place.

La préfecture de l'Isère doit elle choisir si elle évacue le terrain et à quelle date mais n'a pour l'instant pris aucune décision. Le projet n'a donc pas encore fini de faire parler de lui.


Retrouvez tous nos articles news sur notre blog en cliquant ici.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez l'Aurore Market Family sur Facebook et Instagram !

Source image : Pixabay / Christophroesler

Sources :

Abandon du projet Center Parcs à Roybon : que va devenir le terrain ?
Le projet de construction d’un Center Parcs dans la forêt des Chambarans, à Roybon (Isère) n’aboutira pas, l’annonce a été faite ce mercredi soi par le promoteur mais que va devenir le terrain de 200 hectares dédié au projet ?
Isère: Enlisé dans de multiples recours, Center Parcs abandonne son projet à Roybon
Le projet était bloqué par des procédures judiciaires depuis son lancement en 2007.
Abandon du Center Parcs de Roybon : «Une catastrophe économique», regrette le maire
Le groupe Pierre et Vacances a renoncé à s’implanter sur ce site défendu par des zadistes, devenu un autre Notre-Dame-des-Landes.

La Relève et la Peste - Isère : 200 hectares de forêt sauvés grâce à dix ans de lutte

Lucile Guerrier

Etudiante et stagiaire en communication - Aurore Market