France : la SNCF a trouvé son alternative au glyphosate

news Dec 24, 2020

Après plusieurs années de recherche pour remplacer le glyphosate, la SNCF a déclaré avoir enfin trouvé une alternative à cet usage pour désherber ses voies !

Un indispensable pour la sécurité des voies

Pour désherber ses 30 000 km de voies ferrées et les chemins d'accès, la SNCF utilisait jusqu'à présent entre 30 et 38 tonnes de glyphosate. Ce produit constitue un impératif de sécurité pour l'opérateur puisque les herbes retiennent l'eau et déforment les voies. Elles peuvent empêcher l'écartement des rails et compliquer l'inspection des cheminots. Par ailleurs, en cas de problème, les agents doivent pouvoir agir rapidement et évacuer les passagers si besoin sur les voies dégagées.  

Le glyphosate est donc rapidement devenu un impératif de sécurité pour la SNCF qui en recouvre chaque année la surface de ses voies et chemins avec ses "trains désherbeurs".

Efficace mais nuisible, le produit désherbant aurait des conséquences néfastes sur la santé humaine ainsi que sur la faune et la flore. Il serait responsable de nombreux cancers et de la disparition des abeilles notamment. La SNCF, en tant que plus grande utilisatrice du produit en France, s'était engagée à ne plus utiliser ce produit dès 2021.

Une alternative non neutre en toxicité

Après avoir testé de nombreuses techniques de désherbage sans résultat équivalent à celui du glyphosate, la SNCF semble avoir enfin trouvé son alternative. Toutefois, la composition de cette nouvelle solution est loin d'être un idéal tant sur le plan de son efficacité que sur le plan de sa toxicité. Le nouvel "herbicide" nécessitera deux passages par an au lieu d'un, ce qui engendrera des déversements de produits supplémentaires et des coûts plus élevés pour l'entreprise.

Jean-Pierre Pujols, responsable de la maîtrise de la végétation chez SNCF Réseau

On estime notre surcoût de maintenance lié à la sortie du glyphosate et à la loi Egalim à environ 110 millions par an.

Ce nouveau mélange à base d'acide pélargonique, pose également le problème de sa toxicité. Ce produit, qui appartient à la famille des acides gras naturellement présents dans l'environnement, reste toutefois un pesticide non-neutre nécessitant une autorisation de mise sur le marché. Il serait dangereux pour la santé et pourrait provoquer des brûlures cutanées, des lésions oculaires ou encore des problèmes respiratoires s'il est inhalé.

Des militants du groupe EELV dénoncent également ses effets néfastes sur l'environnement :

les données écotoxicologiques, même si elles sont fragmentaires, indiquent une dangerosité vis-à-vis des écosystèmes aquatiques plus importante que celle du glyphosate (teste Daphnie : CE50 de 64 à 119 mg/l pour l'acide pélargonique contre 243mg/l pour le Roundup) ! L'acide pélargonique est d'ailleurs classé comme étant dangereux pour l'environnement par certains fournisseurs de l'Amérique de Nord.

Même si l'acide pélargonique est moins controversé que le glyphosate, la SNCF souhaite continuer ses recherches afin de trouver sur le long terme une solution naturelle et non-toxique pour l'Homme et l'environnement.  


Retrouvez tous nos articles news sur notre blog en cliquant ici.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez la Aurore Market Family sur Facebook et Instagram !

Image : Pixabay

Sources :

Glyphosate : la SNCF tient son alternative
“On a trouvé une solution !” Soulagement à la SNCF, qui cherchait depuis plusieurs années une alternative abordable au glyphosate, dont elle est une grande utilisatrice pour désherber ses voies et leurs abords immédiats.
La SNCF sur la voie pour bannir le glyphosate
SNCF Réseau qui s’est engagé à ne plus utiliser le glyphosate en 2021 doit désherber près de 30 000 km sur ses lignes. Un nouveau produit va être utilisé même si sa toxicité n’est pas nulle.