Environnement : notre alimentation met en péril la planète

news Apr 27, 2020

En 2050, nous devrions être 10 milliards d'êtres humains sur Terre. Comment nourrir tout le monde en préservant notre santé et l'environnement ? Ce que nous mangeons impacte directement le climat et la biodiversité. Afin d'y remédier, de nouvelles méthodes d'alimentation s'invitent chez nous et il devient très urgent que les êtres humains s'y adaptent.

Notre alimentation, une source de pollution

La production alimentaire est une des causes les plus importantes de la dégradation de notre environnement. Elle dépasse les capacités de la planète, entraînant alors un dérèglement climatique, une perte de biodiversité et une pollution des sols due à une trop grande utilisation d'engrais azotés et phosphorés. Notre consommation telle qu'elle est aujourd'hui dans les pays occidentalisés ne nécessite pas moins de 4 400 m² de terre pour nourrir chaque personne. La production alimentaire doit respecter nos capacités environnementales, mais aussi être gérée de façon durable pour répondre à la demande alimentaire qu'exige la croissance de la population mondiale. Pour cela, les experts du Lancet préconisent de "décarboner la production agricole" en éliminant l'utilisation de combustibles fossiles et les pertes de CO2 dues au changement d'affectation des sols dans l'agriculture. Mais ce n'est pas le seul changement que nous devons entreprendre. Selon le rapport de la Commission EAT, "nous devons changer de régime alimentaire au niveau mondial d'ici 2050. Mais pour cela, il faudra modifier les habitudes de nombreux pays en améliorant la production et en réduisant le gaspillage alimentaire".

Un nouveau régime alimentaire

Les européens mangent 4,5 fois trop de viandes rouges, 4 fois trop de légumes féculents comme les pommes de terre, 2 fois trop d'œufs, et un peu trop de volailles et produits laitiers. Cependant, les noix et les céréales sont 10 fois trop peu consommées, les légumes 5 fois trop peu, les fruits presque 2 fois trop peu. Les légumineuses et le poisson sont eux, légèrement en-dessous de la consommation idéale. Le rapport de la commission propose des régimes comprenant une variété d’aliments à base de plantes, avec de faibles quantités d’aliments d’origine animale, de céréales raffinées, d'aliments hautement transformés et de sucres ajoutés. De plus, il faudrait remplacer les graisses saturées par les graisses insaturées. Les experts estiment qu'un tel régime augmenterait significativement l'apport en micro-nutriments essentiels comme le fer, le zinc, le folate et la vitamine A, ainsi que le calcium dans les pays pauvres.

Une alternative qui est aussi très intéressante, serait de remplacer les protéines animales par des protéines végétales. Ce changement permettrait de limiter l’élevage intensif mais aussi de diminuer très fortement les importations de soja, qui se retrouve génétiquement modifié pour nourrir en masse les animaux que nous mangeons.

5 stratégies proposées par la Commission EAT

La Commission EAT propose dans son rapport cinq stratégies pour atteindre ces objectifs :

  1. Mise en place de politiques visant à encourager les personnes à choisir des régimes alimentaires plus sains. Pour cela, trois secteurs doivent être engagés : l'éducation, l'accessibilité et les restrictions en matière de publicité.
  2. Recentrer l'agriculture vers la production de cultures variées et riches en nutriments.
  3. Une gouvernance efficace de l'utilisation des terres et des océans pour préserver les écosystèmes naturels et garantir le maintien des disponibilités alimentaires.
  4. Une intensification durable de l'agriculture en tenant compte des conditions locales pour générer des cultures durables et de haute qualité.
  5. S'assurer que les déchets alimentaires soient réduits de moitié au minimum, que ce soit au niveau de la production alimentaire dans les pays à faibles revenus ou au niveau des consommateurs dans les pays à revenus élevés.

La bonne nouvelle de cette stratégie est que c'est non seulement faisable, mais cette intensification durable profiterait à la fois aux agriculteurs, aux consommateurs et surtout à la planète.


Pour retrouver tous nos produits : auroremarket.fr

Rejoignez notre communauté sur Facebook ou Instagram !


Sources :

http://sf-nutrition.org/pour-une-alimentation-saine-et-durable-rapport-commission-eat-lancet/

Sauver la planète et notre avenir : des experts appellent à une révolution alimentaire mondiale
En 2050, nous devrions être 10 milliards d’êtres humains sur Terre. Comment nourrir tout le monde en préservant la santé et l’environnement ? Des experts de 16 pays se sont rassemblés et proposent une solution : une révolution agricole et alimentaire mondiale. A (re)découvrir pour la Journée de la g…

https://positivr.fr/video-notre-consommation-necessite-environ-4400m%c2%b2-par-personne-lurgence-de-manger-autrement/?fbclid=IwAR191nDb3DEaexK4I213Lm7ctMH1wKSfA8SLsObFvccwGUQA1HPpZ10Roqw