En 2019, au moins 212 défenseurs de l'environnement ont été tués

news Jul 30, 2020

L'ONG britannique Global Witness a publié ce bilan annuel désastreux surpassant le précédent record de 2017 dans lequel 207 morts avaient été enregistrés.

Le bilan le plus élevé jamais enregistré

Selon l'ONG britannique Global Witness, au moins 212 défenseurs de l'environnement ont été tués en 2019. Un bien triste record.

L'ONG Global Witness :

À une période où nous avons particulièrement besoin de protéger la planète contre les industries destructrices et émettrices de CO2, les meurtres de défenseurs de l’environnement et des terres n’ont jamais été aussi nombreux.

Le bilan annuel publié le 29 juillet est le plus élevé jamais enregistré ces dernières années. Le précédent "record" datait d'ailleurs de 2017 où 207 morts avaient été enregistrées. L'ONG explique tout de même que comme chaque année, ces "chiffres sont presque certainement sous-évalués".

Des violences concentrées géographiquement

La moitié des meurtres se concentrent principalement dans deux pays en 2019 : en Colombie avec 64 victimes et les Philippines avec 43 morts. En ce qui concerne le continent latino-américain, il représente à lui seul les deux tiers de ces violences mortelles.

Que ce soit dans ces deux pays ou dans le reste du monde, les représentants des peuples autochtones (40% des personnes tuées en 2019) "subissent un risque disproportionné de représailles" quand ils se battent pour défendre "leurs terres ancestrales". Le leader du peuple Manobo, Datu Kaylo Bontolan, a par exemple été tué aux Philippines lors d'un bombardement aérien en avril 2019 alors qu'il se battait avec sa communauté contre un projet minier.

Le secteur le plus meurtrier pour les défenseurs de l'environnement est par ailleurs celui des mines avec 50 morts. Arrive ensuite l'agro-industrie avec 34 militants tués (en particulier en Asie) qui s'opposaient aux cultures de l'huile de palme, de fruits tropicaux et de sucre. La lutte contre l'exploitation forestière a quant à elle fait 24 morts, une augmentation de 85 % par rapport à l'année 2018. Selon l'ONG, 33 militants ont été tués en Amazonie alors qu'ils luttaient contre la déforestation provoquée par des grands projets miniers et agricoles. En Roumanie, un garde forestier, Liviu Pop, a également été abattu en octobre dans l'une des plus grandes forêts primaires d'Europe victime d'exploitation sauvage, après avoir surpris des bûcherons illégaux.

Les auteurs de ces violences seraient enfin le crime organisé, les gangs locaux, les organisations paramilitaires ou encore les forces de sécurité officielles (37 morts leur seraient attribuées en 2019).

Des problèmes qui s'amplifient

Rachel Cox, de l'ONG Global Witness :

De nombreuses violations des droits de l’Homme et de l’environnement sont générées par l’exploitation des ressources naturelles et la corruption du système politique et économique mondial. (Les entreprises responsables sont les mêmes qui) nous entraînent vers un changement climatique incontrôlable. Si nous voulons vraiment une relance verte qui place au centre la sécurité, la santé et le bien-être de la population, nous devons nous attaquer aux racines des attaques contre les militants et suivre leur exemple pour protéger l’environnement et freiner la crise climatique.

L'ONG a également démontré que les problèmes continuaient de s'intensifier.

L'ONG Global Witness :

Les gouvernements à travers la planète, des Etats-Unis au Brésil ou à la Colombie et aux Philippines, ont utilisé la crise [liée au coronavirus] pour durcir les mesures draconiennes pour contrôler les citoyens et revenir sur des règles environnementales durement acquises.

Par ailleurs, elle dénonce les "tactiques allant des campagnes de calomnies à des poursuites fallacieuses pour réduire au silence ceux qui se battent pour le climat et la survie de l’Humanité". Les femmes, représentant 10 % des morts, sont bien souvent aussi victimes de violences sexuelles.


Retrouvez tous nos articles news sur notre blog en cliquant ici.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez l'Aurore Market Family sur Facebook et Instagram !

Source image : Adobe stock

Sources :

212 défenseurs de l’environnement tués en 2019, le bilan le plus élevé jamais enregistré
Le bilan annuel publié mercredi par l’ONG britannique Global Witness surpasse le précédent record de 2017, où 207 morts avaient été enregistrées.
Au moins 212 défenseurs de l’environnement ont été tués en 2019
La moitié des meurtres se sont produits dans seulement deux pays : la Colombie et les Philippines.
2019, une année noire pour les défenseurs de l’environnement
La moitié des meurtres se sont produits dans seulement deux pays : la Colombie, avec 64 victimes, et les Philippines, avec 43 morts

Lucile Guerrier

Etudiante et stagiaire en communication - Aurore Market