Découvrez l'impact de la disparition des insectes pollinisateurs

news Mar 18, 2020

Entre 5 et 8% de la production agricole mondiale serait menacée par l’extinction des abeilles, papillons, mouches et coléoptères. Sans les insectes pollinisateurs, la biodiversité serait sérieusement menacée et l'Homme devrait renoncer à de nombreux aliments.

Les insectes pollinisateurs interviennent dans la pollinisation de 90% des plantes sauvages et dans 40 % des cultures. Ces derniers ne sont pas seulement nécessaires à la sécurité alimentaire de l'Homme... Ils sont également indispensables à la survie et à l'évolution de 80% des plantes à fleurs, qu'elles soient cultivées ou non. Le rôle économique de ces insectes a été évalué à 525 milliards d'euros en 2016 par la plateforme intergouvernementale sur la biodiversité et les services écosystémiques. Faute d’insectes pollinisateurs, plusieurs cultures viendraient notamment à disparaître, comme le cacao, la vanille, la courge ou le melon.

Les premiers impacts du déclin des insectes pollinisateurs

Les premiers effets du déclin des pollinisateurs se sont déjà fait ressentir. En France, la chute de la production de miel est passée de 35 000 tonnes par an dans les années 1990 à 15 000 tonnes dans les années 2010. Une baisse de rendement agricole a également été observée dans le bassin parisien et chez les arboriculteurs de la Drôme. Les agriculteurs, comme les particuliers dans leur jardin, observent par eux-mêmes les conséquences de la disparition des abeilles au profit des guêpes et frelons. Dans certaines régions agricoles où la biodiversité est particulièrement pauvre, des agriculteurs sont même contraints de louer des ruches (d'abeilles ou de bourdons) et de les installer à proximité de leurs parcelles afin que les insectes assurent la pollinisation de leur culture. Pour lutter contre ce phénomène, une mobilisation sans précédent des professionnels a été menée.

Les raisons de ce déclin

En haut de la pyramide se trouvent les mauvaises pratiques agricoles. Les insecticides utilisés en agriculture tuent les larves (chenilles par exemple) ou empoisonnent les adultes qui butinent les fleurs traitées (colza, tournesol, etc). La monoculture sur de vastes étendues, la destruction des haies sont aussi très impactantes. Les zones naturelles non exploitées, riches en biodiversité végétale et notamment en fleurs sauvages ont disparu au profit de l'occupation de l'espace par l'Homme. De plus, la sélection dans les jardins, de variétés horticoles non nectarifères, ou exotiques et non adaptées à la morphologie des insectes sont aussi néfastes pour les abeilles. Par ailleurs, l'introduction de prédateurs venus d'autres continents comme le varroa et le frelon asiatique a également provoqué la destruction de nombreuses colonies.

Aidez à préserver la biodiversité en commandant la maisonnette BeeHome sur Aurore Market.

Sources :

Le déclin des insectes pollinisateurs suscite l’inquiétude
Entre 5 et 8 % de la production agricole mondiale serait menacée par leur extinction. Ils interviennent dans la pollinisation de 40 % des cultures. Faute d’insectes pollinisateurs, cacao, vanille, courge ou melon pourraient disparaître. La situation est réversible, estiment les chercheurs.
Si les insectes pollinisateurs disparaissaient...
Sans les insectes pollinisateurs, notamment les abeilles et les papillons, la biodiversité serait sérieusement menacée, et l’homme devrait renoncer à de nombreux aliments.