Comment soutenir la conversion des agriculteurs au bio ?

Apr 20, 2022

Le bio a de beaux jours devant lui ! La crise sanitaire a placé l’alimentation au cœur des préoccupations des Français qui souhaitent de plus en plus consommer mieux et différemment. Toutefois, face à une demande grandissante, les agriculteurs n'ont pas toujours la possibilité d'assurer facilement leur conversion au bio.

Une étude menée par l'Agence Bio montre qu'en 2020, plus de 9 Français sur 10 déclarent consommer des produits biologiques et que 13% en consomment même tous les jours. C'est pourquoi de plus en plus d’agriculteurs passent aujourd'hui le pas pour se convertir au bio. Toutefois, cette transition n’est pas toujours chose facile...

Une période de conversion nécessaire

Face à l'essor général du bio, les agriculteurs en conversion vers une agriculture biologique ont nettement augmentés (+31% de nouvelles surfaces en conversion) de 2017 à 2018. On assiste alors à une envie grandissante des producteurs de s'impliquer davantage dans une production plus responsables et durable, en réduisant leur utilisation de pesticides et autres produits nocifs, et en appliquant un prix juste.

Toutefois, pour posséder le fameux label "Agriculture Biologique", les agriculteurs doivent obligatoirement passer par une période de conversion. Pour passer d'un mode de production conventionnel et à une agriculture biologique, ils doivent procéder à une phase de transition, indispensable au nettoyage des sols afin que ces derniers s’épurent des produits chimiques et qu'ils se renouvellent de façon naturelle.

La transition vers le bio peu durer de 2 à 3 ans concernant les cultures et de 6 semaines à 1 an pour l’élevage. Pendant toute cette période, le producteur se fait contrôler régulièrement par un organisme certifié afin de vérifier que ses pratiques sont en règles. Suite à la première année, certains produits comme ceux a base de végétaux, peuvent faire apparaître la mention « En conversion vers l’agriculture biologique » sur leur emballage.

Les difficultés rencontrées par les agriculteurs en conversion

Durant cette période de conversion, les agriculteurs doivent faire face à de nombreuses difficultés : leurs rendements chutent, leurs coûts de productions augmentent et leurs produits ne peuvent pas encore être vendu au prix du bio. Cette phase obligatoire, dont on parle encore peu, peut représenter une à trois années de difficultés pour l'agriculteur concerné.

Pour Damien Herreman, agriculteur à la Ferme Herreman (59), ce fut trois ans:

Trois ans pendant lesquels on vend notre production toujours au prix de l’agriculture conventionnelle mais en respectant déjà le cahier des charges du bio. (...) Le désherbage chimique de mes quatre hectares de verger me prenait trois heures deux fois par an auparavant et me coûtait peu cher. Désormais, je dois le faire mécaniquement, avec un tracteur et une herse. Cela me prend quatre jours et il faut répéter l’opération trois fois par an.

En effet, les producteurs doivent s'adapter à de nombreux changements coûteux et peu rentables au début de leur transition. Des changements techniques, organisationnels et commerciaux doivent être opérés pour leur permettre de trouver l'équilibre nécessaire et d'adapter leur système : investissements de matériel, de formation, recours à une main-d’œuvre supplémentaire…

Comment accompagner les agriculteurs en conversion ?

De nombreuses initiatives, dont la marque BioDemain lancée par deux étudiants, voient le jour avec l’idée d'accompagner les agriculteurs dans cette phase en valorisant leurs productions à un prix plus juste ! Pas encore le prix de l’agriculture bio mais presque. Un soutien qui se fait nettement ressentir pour des agriculteurs comme Damien Herreman, premier producteur à travailler avec la marque BioDemain.

Maxime Durand, directeur général de BioDemain, précise :

Le prix est toujours défini avec le producteur et de sorte qu’il s’y retrouve financièrement.

Pour les agriculteurs en conversion, ce genre d'initiative représente un vrai coup de pouce qui vient à la fois les accompagner financièrement dans un moment de difficulté mais qui vient, également, fait connaître au grand public cette phase délicate de la conversion.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez la Aurore Market Family sur Facebook et Instagram !


Sources :

20minutes.fr - "BioDemain, la marque qui vient en aide aux agriculteurs pendant le moment difficile de la conversion au bio"

ID L'infodurable - "Alimentation : cette marque paie mieux les agriculteurs pour soutenir leur conversion bio"