De nombreuses rumeurs tournent en permanence sur le web. Parmi elles, l'une des plus alertantes : les "chemtrails". Ces traînées blanches provoquées par les vols des compagnies aériennes ont été l'objet de terribles hypothèses qui se sont peu à peu répandues. Selon les rumeurs, des produits chimiques seraient intentionnellement répandus dans l'atmosphère pour nuire à l'Humanité et à la planète. Vérité ou intox ? Le journaliste et historien français, Thomas Snegaroff, lève le voile sur ces fameux "chemtrails".

Ces traînées blanches sont le résultat de la condensation entre la chaleur générée par les moteurs des avions et le froid de la haute altitude. Mais depuis les années 90, ces traces dans le ciel semblent différentes et surtout plus larges. Alertées par ces changements de formes, les populations ont donné naissance à diverses théories sur de potentiels "chemtrails" (trainées chimiques).

La naissance de nombreuses rumeurs

Pour certains, elles correspondent au déversement de métaux lourds tels que le baryum pour stériliser les habitants de la Terre. Pour d'autres, le responsable serait Mosanto. Spécialisée dans les pesticides et les OGM, cette entreprise utiliserait des avions pour répandre des produits chimiques afin d'anéantir les cultures traditionnelles, et plus précisément les cultures bios. Une troisième hypothèse plus positive existerait également. Ces traînées blanches seraient la marque d'une géo-ingénierie qui détournerait les rayons du soleil dans le but d'éviter le réchauffement climatique.

Selon Thomas Snegaroff, les deux premières théories sont alimentées par les avions parfois utilisés pour répandre des engrais chimiques ou des pesticides sur les champs ou les vignes. La guerre du Vietnam a également servi d'inspiration pour parler de "chemtrails". En effet, pendant ce conflit, les Américains avaient utilisés des avions pour déverser de l'agent orange, un puissant herbicide, dans l'objectif de débusquer les combattants du Viet-Mînh. Concernant la troisième théorie, il est vrai qu'aujourd'hui des ingénieurs cherchent des solutions dans la haute altitude ou même au dessus de l'atmosphère pour sauver la planète. Mais qu'en est-il réellement ?

Vérité ou intox ?

En 2016, des scientifiques ont étudié les "chemtrails" pour répondre aux rumeurs. Après plusieurs analyses approfondies, ils ont pu affirmer qu'il n'y a absolument rien dans l'atmosphère qui puisse valider ces théories. Mais bien que ces traînées blanches ne semblent pas forcément destinées à anéantir notre Humanité, Bernd Kärcher, un scientifique allemand, a tout de même souhaité nous alerter sur leur grande nocivité. Appelées "contrails" en anglais, ces traces blanches provoquées par les avions agissent comme des petites sphères dans l'atmosphère. Résultat, l'air qui remonte depuis la Terre est alors réémis vers notre planète.

Vous l'aurez compris, les "chemtrails" ne sont donc pas réelles. Cependant, nous n'avons pas de quoi nous réjouir trop vite. Si ces traînées blanches ne sont pas destinées à nous tuer directement, elles ne sont pas du tout inoffensives car elles participent au réchauffement climatique de notre planète.

Sources :

Vidéo BRUT

VIDEO. La rumeur des “chemtrails” décryptée par Thomas Snégaroff
Des produits chimiques répandus dans l’atmosphère par les avions. Cette hypothèse, c’est celle des “chemtrails” ou traînées chimiques. L’historien Thomas Snégaroff raconte l’origine de cette rumeur et le vrai problème qui se cache derrière ces traînées…
Que penser des «chemtrails»?
L’idée que des avions se livrent à un épandage en haute altitude de produits chimiques n’est étayé par aucune preuve satisfaisante et ne correspond pas à la réalité des recherches en cours sur le climat.