Ariège : un ours tué par balles dans les Pyrénées

news Jun 16, 2020

Ce mardi 9 juin 2020, un ours a été retrouvé mort tué par arme à feu en Ariège. L'Etat ainsi que de multiples associations vont porter plainte pour dénoncer l'abattage de cet animal protégé.

Une enquête en cours

Ce mardi 9 juin 2020, des agents de l'Office français de la biodiversité ont découvert un ours mort à Ustou en Ariège. Il s'agit d'un jeune mâle de 4 à 5 ans pesant entre 150 et 180 kilos. Ce mercredi 10 juin 2020, la préfète de l'Ariège, Chantal Mauchet, ainsi que le procureur de la République de Foix, Laurent Dumaine, affirment que l'animal a été tué par balles et qu'il aurait glissé sur environ 30 mètres. L'ours a ensuite été évacué par hélicoptère pour réaliser une autopsie. L'enquête est actuellement réalisée par la brigade de recherche de Saint-Girons.

L'Etat a d'ailleurs porté plainte la semaine dernière pour destruction non autorisée d'une espèce animale protégée. Le coupable est de fait passible de 3 ans d'emprisonnement et de 150.000 euros d'amende.

Une récompense pour retrouver le tireur

Quelques jours après la découverte de cet ours mort, l'association Sea Shepherd a annoncé offrir une récompense de 10.000 € à toute personne retrouvant la trace du ou des braconniers. Grâce à de multiples dons, la récompense vient d'être augmentée cette semaine à 30.000 €.

L'ONG Sea Shepherd :

Un sympathisant de Sea Shepherd domicilié dans les Pyrénées a effectué un don de 5 000 euros afin de gonfler la récompense. Un autre don de 1 000 euros d’un particulier a été perçu à cet effet et une autre association, implantée dans les Pyrénées a souhaité faire un don de 2 000 euros. (Le fondateur du réseau Pet Alert)a lui aussi décidé d’offrir 10 000 euros de récompense et une association de protection de la faune sauvage basée en Alsace a annoncé contribuer à hauteur de 2 000 euros.

Ce système de récompense peut sembler inédit pour retrouver le tireur. Pourtant, ce n'est pas la première fois que l'association utilise ce procédé. En effet, l'an dernier, l'ONG l'avait utilisé après la découverte de 2 phoques décapités dans le Finistère. Deux marins avaient alors été identifiés comme coupables et seront convoqués prochainement devant un tribunal.

L'association précise également que ce n'est en aucun cas un moyen de se faire justice soi-même.

L'ONG Sea Shepherd :

Il n’est absolument pas question de faire justice soi-même, ni de remplacer les gendarmes, mais au contraire de les aider pour accélérer l’enquête.

Plusieurs associations souhaitent porter plainte

Une dizaine d'associations souhaitent aussi porter plainte et demandent le remplacement de cet ours abattu. Elles dénoncent, en outre, le laxisme de l'Etat dans le traitement de cet affaire.

Sabine Matraire, vice-présidente et coordinatrice ours de l'association de protection de l'environnement Férus :

La réaction de l'État doit être claire et ferme. Il faut en effet condamner, mais il faut aussi réparer. La première chose à faire serait donc de relâcher un ours en remplacement, pour marquer clairement un esprit de fermeté. Il sera dit par cet acte que l'ours était là, qu'il est là, et qu'il sera toujours là. La priorité, c'est de remplacer cet ours, pour montrer fermement la détermination de l'État français, pour restaurer une population d'ours dans les Pyrénées. L'État doit montrer sa détermination dans ce dossier. Si malheureusement l'État ne remplace pas cet ours, ça reviendrait à donner raison aux braconniers. Ensuite, il faudrait que toutes indemnisations de l'État soient conditionnées à la protection du troupeau. C'est-à-dire arrêter d'indemniser par milliers d'euros des éleveurs dont les animaux sont tués pour d'autres raisons que l'ours.

Affaire à suivre donc...


Retrouvez tous nos articles news sur notre blog en cliquant ici.


Retrouvez tous nos produits sur : auroremarket.fr

Rejoignez la Aurore Market Family sur Facebook et Instagram !

Sources :

Ours tué par balles en Ariège : “C’est une conséquence du laxisme de l’État dans ce département”, dénonce une association
“C’est inadmissible que certains cherchent à imposer par la violence un point de vue qu’ils n’ont pas réussi à faire valoir par des voies démocratiques et légales”, explique la vice-présidente de l’association de protection de l’environnement Férus.

Ouest-France -  Ours tué en Ariège. La récompense pour retrouver le tireur grimpe à 30 000 €

Ariège : on en sait plus sur l’ours tué par balles dans les Pyrénées
Au lendemain de la découverte d’un ours mort à Ustou en Ariège dans les Pyrénées, on en sait plus ce mercredi sur les circonstances du décès. Le jeune mâle a bien été tué par balles confirme le procureur qui explique que l’animal aurait glissé sur une trentaine de mètres.

Lucile Guerrier

Etudiante et stagiaire en communication - Aurore Market